Intermédiaires et plateformes de communication

Dans le cadre de la transformation numérique, les moteurs de recherche (p. ex. Google), les réseaux sociaux (p. ex. Facebook), les plateformes multimédias (p. ex. YouTube) et les services de microblogage (p. ex. Twitter) ont généré une nouvelle infrastructure de communication. Celle-ci élargit les possibilités privées et publiques de communication et de recherche d'informations. Les nouveaux services (plateformes) peuvent enrichir le débat public, mais ils comportent des risques pour la communication publique en Suisse.  

Intermédiaires et plateformes de communication. Rapport de l'OFCOM

En novembre 2021, sur mandat du Conseil fédéral et avec la participation de la Chancellerie fédérale, l'OFCOM a rédigé un rapport sur l'activité des exploitants de plateformes (intermédiaires) liée à la communication publique ainsi qu'à la formation de l'opinion et de la volonté. Le rapport étudie de quelle manière le comportement des intermédiaires et l'utilisation des plateformes par le public influencent la communication publique et la formation de l'opinion en Suisse.

Le discours haineux, la désinformation, la quasi-censure et le manque de transparence sont des problèmes connus. Selon les résultats de plusieurs études commandées par l'OFCOM, la population a droit à une protection efficace contre le discours haineux illégal et la désinformation, et les droits des utilisateurs devraient être mieux protégés face aux intermédiaires. Divers efforts dans ce sens sont également déployés à l'étranger. Par conséquent, une large discussion sur la question de l'implication sociale et de la gouvernance des intermédiaires en Suisse est nécessaire, en tenant compte du contexte international.

Le Conseil fédéral a chargé l'OFCOM de lui présenter une note de discussion, d'ici à fin 2022, indiquant si et comment les plateformes de communication doivent être réglementées.

Projets de recherche en cours et études publiées

Au début de l'année 2020, l'OFCOM a invité des chercheurs à s'intéresser à des esquisses de projets concernant la désinformation numérique et le discours haineux (voir Recherche dans le domaine des médias), deux sujets important.

Les projets suivants ont été choisis et soutenus financièrement, leurs résultats sont attendus au début de l'été 2022:

Groupes de projets

Description

Dominik Hangartner du Public Policy Group EPFZ / Fabrizio Gilardi du Digital Democracy Lab, Université ZH / Sophie Achermann de l'alliance de sociétés féminines suisses, alliance F,

Prevalence of hate speech on Twitter in Switzerland and strategies to counter it ("Hate speech on Twitter")

Projet sur le discours haineux

Le projet traite du discours haineux sur les médias sociaux. La première partie se concentre sur un vaste échantillon d'utilisateurs de Twitter pour décrire l'apparition de discours haineux en Suisse. La deuxième partie consiste à réaliser une expérience sur le terrain, afin d'évaluer l'efficacité de plusieurs stratégies visant à réduire le nombre de ces discours.

Achim Edelmann de l’Institut für Soziologie, Université BE

Tracking disinformation: Testing effects of information veracity, source credibility, and partisanship on sharing behavior ("Tracking Disinformation")

Projet sur la désinformation

Le projet s'intéresse à la progression de la désinformation sur les réseaux numériques publics (p. ex. Facebook) et privés (p. ex. WhatsApp). Une série d'expérimentations vise à définir quelles caractéristiques en termes de contenu et de personnes contribuent ou non à propager la désinformation.

Edda Humprecht et Sabrina Kessler vom Institut für Kommunikationswissenschaft und Medienforschung, Université ZH

Desinformation zur COVID-19-Impfung auf YouTube: Eine Analyse der Inhalte, Wirkung und nachfolgender Verifikationsprozesse via Online-Recherche ( «Desinformation auf YouTube»)

Projet sur la désinformation

Le projet se consacre à la désinformation sur YouTube en lien avec la vaccination contre le COVID-19. Dans un premier temps, il recueille les vidéos de désinformation les plus partagées et crée une typologie. Ensuite, il observe les effets sur l'opinion, sur le savoir ainsi que sur la perception du vaccin, et examine les recherches d'information faites par des personnes testées lorsqu'elles souhaitent vérifier s’il s'agit de désinformation.

Lea Stahel et Sebastian Weingartner de l'Institut für Soziologie, Univeristé ZH / Dirk Baier de l'Institut für Delinquenz und Kriminalprävention, Haute école de sciences appliquées de Zurich (ZHAW)

Wer «hasst» wie oft in der digitalen Schweiz? Ausmass von digitaler Hassrede und seine sozialstrukturellen Einflussfaktoren («Ausmass digitaler Hassrede»)

Projet sur le discours haineux

Le projet commence par établir la proportion de coupables et de victimes de discours haineux parmi les utilisateurs de l'internet en Suisse. Il analyse ensuite la fréquence à laquelle ces personnes commettent ou subissent un tel acte ainsi que les groupes sociodémographiques et socioéconomiques auxquels elles appartiennent le plus souvent. Un instrument de collecte différencié est développé pour les sondages sur le discours haineux en ligne.

Florent Thouvenin du Center for Information Technology, Society, and Law, Université ZH / Mark Eisenegger du Forschungszentrum Öffentlichkeit und Gesellschaft, Université ZH

Governance von Desinformation in digitalisierten Öffentlichkeiten («Governance von Desinformation»)

Projet sur la désinformation

Dans un premier temps, le projet traite de l'état des recherches en sciences de la communication et identifie les principaux problèmes, notamment au sujet des plateformes numériques comme les services de médias sociaux. Dans un second temps, il indique les réglementations juridiques existantes permettant de pallier à ces problèmes ainsi que les éventuels besoins de normalisation. Sur cette base, il formule des recommandations en matière de gouvernance qui tiennent compte des réglementations étatiques, des formes de corégulation et d'autorégulation ainsi que des mesures visant à renforcer l'éducation aux médias.

Aleksandra Urman de l’Institut für Informatik, Université ZH / Stefan Katz de polyflow GmbH

An Overview of the Swiss political Telegram user communities and their role in the distribution of toxic speech («Telegram user communities»)

Projet sur le discours haineux

Le projet emploie des méthodes informatiques pour analyser la communication politique sur Telegram en Suisse, en particulier la façon dont se propage les discours haineux et qui y participe. Il identifie les principaux acteurs et leurs objectifs. Il détermine aussi quelles communautés numériques apparaissent et comment elles sont liées les unes aux autres ainsi qu'avec l'étranger.

L'OFCOM a commandé diverses études sur des questions relatives aux plateformes de communication et à la communication publique en Suisse.

Evaluation de la régulation existante et des options de la régulation concernant les intermédiaires d'information en suisse (2020)

Gouvernance des intermédiaires de l'information – Défis et solutions (2020)

Rapport août 2020 (PDF, 1 MB, 08.10.2020)(Le rapport n'est disponible qu'en allemand)

Sur l'influence des intermédiaires de l'information technique sur le public (suisse) – Opportunités et risques (2020)

Rapport julliet 2020 (PDF, 573 kB, 08.10.2020)(Le rapport n'est disponible qu'en allemand)

Communication publique en mutation: réflexions sous l'angle des droits fondamentaux (2020)

Etude du 7 juillet 2020 (PDF, 990 kB, 08.10.2020)(L'étude n'est disponible qu'en allemand)

Débat public en ligne et protection des libertés de communication (2020)

Sphère publique fonctionnelle ou problématique dans la démocratie (2020)

Intelligence artificielle, intermédiaires et sphère publique

Rapport du 20 mars 2019 (PDF, 989 kB, 30.04.2019) (disponible uniquement en allemand)

Intelligence artificielle, médias et sphère publique

Dans le cadre des recherches sur les défis posés par l'intelligence artificielle (voir Intelligence artificielle) menées par un groupe de travail interdépartemental sous l'égide du Secrétariat d'Etat à la formation, à la recherche et à l'innovation (SEFRI), l'OFCOM et la Chancellerie fédérale ont rédigé le rapport "Intelligence artificielle; médias et sphère publique".

Cadre juridique pour les médias sociaux

L'influence croissante sur le discours politique – voire sa manipulation – par de fausses informations ("fake news") et le fait que celles-ci soient de plus en plus générées automatiquement par des programmes (robots sociaux) font actuellement l'objet de vifs débats. Dans son deuxième rapport (2017) sur l'état des lieux en matière de cadre juridique pour les médias sociaux, le Conseil fédéral arrive à la conclusion que, pour le moment, il n'est pas nécessaire d'introduire de nouvelles réglementations juridiques.

Contact spécialisé
Dernière modification 17.11.2021

Début de la page

https://www.bakom.admin.ch/content/bakom/fr/page-daccueil/suisse-numerique-et-internet/communication-numerique/plateformes-de-communication.html